La transformation agroécologique des systèmes alimentaires : quel avenir pour les GMS ?

17 Mars 2020, la France entrait dans un confinement qui allait durer jusqu’au 11 mai. Très vite, les images de rayons de supermarchés vides ont attisé les peurs d’une pénurie alimentaire. En parallèle, les marchés, les cantines et les restaurants se sont vus dans l’obligation de fermer leurs portes afin de réduire la circulation du virus. Les grandes et moyennes surfaces (GMS) ont été désignées comme les garantes de l’approvisionnement alimentaire des françaises et des français. Or cette période a aussi vu le développement des circuits courts, des ventes directes et du e-commerce. Une situation qui pousse à la réflexion sur la place des GMS dans la transformation agroécologique des systèmes alimentaires.

Covid-19 : analyser les fragilités de notre système alimentaire

Quels sont les impacts de cette crise sanitaire globale sur notre système agricole ? Didier Guillaume a appelé l’« armée des ombres » (sic) à aller travailler dans les champs pour répondre au manque de main d’œuvre étrangère habituellement employée lors des pics saisonniers. L’agriculture française est fortement intégrée sur les marchés internationaux, ce qui, en période de crise globale, n’est pas sans conséquence.

De l’aide alimentaire à l’aide humanitaire : récit d’un dérapage social

La décision de confinement annoncée le lundi 16 mars 2020 en soirée est mise en place à partir du mardi 17 mars à midi. Les activités s’arrêtent immédiatement et l’ensemble de la population, en état de sidération, s’exécute. Des files d’attentes se forment devant les supermarchés. Rien de tout cela n’appartient à notre mémoire depuis 70 ans.

PAC 2021 : pour des objectifs d’alimentation saine et durable

« Végétal, Vrai, Varié », si possible bio, local et de saison :
les « 3V » pour protéger la santé, les animaux et les systèmes alimentaires.

Retrouvez la contribution d’Anthony Fardet, chercheur en nutrition préventive, au débat « inPACtons ! ».

L’alimentation en temps de confinement

La crise du COVID19 met au jour, de façon flagrante, ce que nous disons depuis plusieurs années : la rupture de l’égalité dans l’accès à l’alimentation. Si des consommateurs aujourd’hui arrivent à consommer des produits frais par le biais des circuits courts, d’autres avec des petits revenus comptent sur l’aide alimentaire pour y arriver. Entre les deux, une majorité de la population va s’approvisionner dans la grande et moyenne distribution.