L’élevage au cœur des transformations agricoles et alimentaires

Avril 2020

Coordination : Philippe Collin, paysan, et Laurent Levard, agroéconomiste

La crise du Coronavirus met encore plus en évidence la nécessité d’une transformation des systèmes agricoles et alimentaires. Dans ce contexte, la contribution de l’élevage aux émissions de gaz à effet de serre (GES), la surconsommation de produits animaux et d’origine animale dans les pays les plus riches et l’exigence écologique de cette transformation doivent nous amener à préciser la place de l’élevage dans un projet de transformation de l’agriculture et de l’alimentation.

Cette transformation doit être au service de l’intérêt général des générations actuelles et futures.
En résumé : quelles activités d’élevage sont souhaitables et nécessaires ? Quelle doit être leur importance en termes quantitatifs ? Sur la base de quels modes de production ? Nous devons aussi pleinement intégrer la nécessité de la lutte contre la maltraitance animale dans de nombreux processus de production, transport et abattage d’animaux d’élevage. Il est néanmoins indispensable que la lutte contre cette maltraitance envers les animaux ne fasse pas oublier que les premiers concernés sont souvent les paysans obligés par les politiques agricoles de se maltraiter eux-mêmes.

L’objectif de cette note est de préciser et de justifier les choix stratégiques en matière d’élevage. Nous ne développerons par contre pas ici l’analyse des conditions nécessaires à de telles évolutions et les politiques nécessaires pour créer ces conditions.

%d blogueurs aiment cette page :